Articles

Pourquoi mon enfant boude-t-il les légumes ?

Etant jeune papa d’une petite fille de 2 ans et demi, je me retrouve aujourd’hui dans une petite impasse…Elle mange des fruits mais très peu de légumes et j’entends souvent le fameux « non veux pas ». La joie du « terrible two » pour les parents, qui connait ?

Dans cet article je vais parler de cette phase dans l’alimentation que l’on appelle la « néophobie alimentaire » et qui a lieu en général entre 2 et 6 ans (parfois plus) et cela concerne 77 % des enfants en France.

Alors la néophobie c’est quoi ?

C’est le fait que l’enfant a peur de goûter de nouveaux aliments (ou présentés différemment) et les rejettent systématiquement (il observe longuement, tri, grimace, repousse l’assiette…) La néophobie se manifeste aussi par une certaine sélectivité en refusant des aliments acceptés antérieurement mais qu’ils ne veulent plus désormais (principalement les légumes et un peu les fruits)

C’est une phase alimentaire tout à fait normale mais qu’est-ce que ça peut être frustrant surtout quand on a mis du cœur à préparer un bon petit plat…ça vous parle, j’en suis sûr !

Voici 7 conseils pour vous aider à surmonter cette phase déconcertante. Certaines astuces fonctionnent avec ma fille et d’autres un peu moins…

1. Donnez l’exemple

Ça commence par là…Imaginez que je mange une part de pizza devant ma fille et que je lui donne des petits-pois carottes, elle risque de me regarder d’un air « heuuuu, il se moque un peu de moi mon père là »…Je me dois donc de me montrer exemplaire pour qu’elle m’imite volontiers.

2. Cuisinez en famille

A chaque fois que je suis en cuisine, ma petite chérie arrive et me dit « veux voir papa », je la prends donc au bras et je lui fais mélanger le wok de légumes que je suis en train de préparer (par exemple). C’est une activité qui l’amuse, elle se sent fière de participer et en général elle a envie de goûter.
Et avant même cette étape, cela peut être aussi bénéfique d’amener son enfant chez le primeur. Cela attise sa curiosité et le responsabilise parce qu’il aide papa et maman à faire les courses.

3. Encouragez votre bout’chou à goûter

Il est important que l’enfant goûte. Moi je dis souvent à ma fille « Tu peux goûter, et si tu n’aimes pas, tu auras le droit de le recracher ». Si elle recrache l’aliment, ça n’est pas grave et si elle l’accepte je lui dis « t’as vu c’est bon » ce qui peut l’encourager à renouveler l’expérience.

4. Faites une jolie présentation 

Et oui qui n’a jamais eu quand il était petit une assiette en forme de visage ? Aujourd’hui à mon tour d’expérimenter cette méthode légendaire qui marche un peu (mais pas toujours !).

Des présentations ludiques sont facilement réalisables : Lamelles de légumes, petits bâtonnets, rondelles, jouez sur les formes et les couleurs pour donner envie à votre enfant de manger.

5. Cuisinez les légumes différemment

Des légumes vapeur avec un filet d’huile d’olive n’auront pas le même saveur qu’une poêlée de légumes avec des épices donc essayez de varier les recettes. De plus, votre enfant préférera peut-être un légume en crudité plutôt qu’en cuidité. C’est le cas de ma fille qui mange les carottes râpées et pas cuites mais aussi parce qu’elle adore la vinaigrette !

6. Camoufler les légumes ou pas…

Le camouflage peut sembler une bonne idée à court terme car il permet à l’enfant de manger des aliments qu’il refuse habituellement, en général des légumes.

Toutefois, le camouflage alimentaire présente des inconvénients à long terme, notamment pour le développement du goût. Si l’enfant ne sait pas que son plat de macaroni contient du chou-fleur, il ne peut pas découvrir ce légume. Pour apprendre à apprécier un aliment, l’enfant doit le reconnaître et savoir ce qu’il le mange. 

7. Ayez confiance en votre enfant

Ne le forcez pas, il sait bien mieux que nous estimer sa faim et se réguler, cela sur plusieurs jours. S’il ne veut pas manger son plat ok mais ça n’est pas pour autant qu’il faudra compenser avec un double-dessert. Cette capacité de régulation est très importante pour construire un rapport sain à la nourriture et éviter certains troubles alimentaires plus tard. En effet, nous-mêmes adultes, nous avons parfois du mal à nous réguler tant nous avons été bercés par « il faut finir ton assiette » !

Conclusion

Alors oui je sais, nous parents on se dit que notre enfant doit manger des fruits et légumes pour bien grandir…Ce n’est pas faux mais dites-vous que ça n’est que temporaire en général donc il faut s’armer de patience et ne pas se mettre (et lui mettre) la pression… Le processus pour accepter un aliment peut parfois s’avérer très long et demander de 15 à 20 expositions (à répartir dans le temps). Enfin, une règle aussi importante, mangez au calme sans distraction !

Et puis si vraiment il n’accepte pas un aliment après de nombreuses expositions c’est tout simplement qu’il n’aime pas ! Il a le droit d’avoir ses propres goûts comme nous les adultes et cela pourra évoluer en grandissant 😉